assurance auto jeune conducteur

Le calcul du malus

Il est à noter qu’un jeune conducteur n’est pas forcément une jeune personne. Il peut être un adulte mais qui vient juste d’’avoir un permis. Quel que soit son âge, il dispose d’un coefficient de bonus-malus équivalent à 1. Tout au long de son parcours en tant que conducteur, le coefficient va changer. Il est possible qu’il baisse comme il est possible qu’il augmente. Si le chauffeur ne commet aucun accident, le coefficient diminue de 5% chaque année. Par contre en cas d’accident responsable, il va grimper de 25%, soit un passage de 1 à 1,25. Le plafond de ce coefficient ne doit pas dépasser les 3,50. Si la responsabilité est partagée, le conducteur aura un malus de 12%. On utilise ce coefficient pour calculer le prix d’une assurance auto.

Balayer l’ardoise de son malus

Il ne faut pas oublier qu’on a tout à fait possible de nettoyer l’ardoise des malus. On ne la garde pas à vie. En effet, chaque conducteur a la possibilité de remettre son compteur à zéro et de regagner un coefficient de bonus-malus à 1. Pour ce faire, le chauffeur doit être très vigilant. Après l’accident responsable qu’il a fait, il ne doit plus en refaire pendant les 24 mois qui suivent l’année de son accident.

Changer d’assurance

Par rapport aux conducteurs qui n’ont jamais eu de souci avec leurs assureurs, ceux qui sont déjà malussés ont des difficultés à se faire réintégrer parmi les souscripteurs d’une compagnie d’assurance auto avec malus. De même, même s’ils en trouveront, ils auront du mal à décrocher des contrats avec des meilleurs prix et des bonnes conditions. Cette tâche s’avère être encore plus complexe si le conducteur a commis un accident. Une fois le contrat résilié par un établissement, les autres seront méfiants et n’accepteront pas facilement d’en signer un nouveau. A noter que le coefficient bonus-malus est le même pour n’importe quel accident, qu’il soit grave ou pas. Et pourtant, le futur assureur mettre en exergue ce coefficient.

S’assurer malgré un malus important

Toutefois, avec un coefficient de bonus-malus pas vraiment trop important, une grande majorité des organismes d’assurance ne refuse pas d’assurer à nouveau le jeune conducteur à condition que son profil statique ne suppose pas plus de risques. Dans ce cas précis, ceux qui ont des petites voitures, pas très puissante et qui ont un abri voiture, un garage ou un parking ne comportant statistiquement peu de risques ont beaucoup de chances à être acceptés. Pour les autres qui sont rejetés ar les sociétés traditionnelles d’assurance, ils ont à leur disposition de nouveaux établissements qui ont des prestations dédiées particulièrement pour les conducteurs malussés. En cas désespéré, la solution désespérée est de souscrire une assurance auto temporaire jusqu’à ce qu’on retrouve un contrat d'assurance auto avec malus pas cher sur le long terme.